Les exercices spirituels dans les écoles de philosophie antiques

Pour le sens commun, le terme « philosophe » évoque volontiers la figure d’un penseur académique, celle d’un vieux barbu figé dans un buste en marbre, voire, au mieux, celle d’un homme sage et rêveur; la philosophie est perçue comme un exercice intellectuel. Le philosophe, un homme qui pense avant tout? Surement pas aux yeux des premiers philosophes grecs. Si la pensée était leur arme de prédilection, ce n’était pas pour faire des moulinets dans l’air et impressionner la galerie, mais pour affûter leur vertus, terrasser leurs défauts, partir à la conquête d’eux même et de dieu.

La pratique de la philosophie à la manière classique passe par l’exercice quotidien de cet art de la guerre intérieure, ce que Pierre Hadot a appelé les exercices spirituels, détaillés dans cet article.